Pendulum

  • Date Au Centre Pompidou du 18 au 21 mai, dans le cadre de l’exposition Muséum On/Off

En mars 2016, Elena Sokorina, curatrice indépendante me propose d’inventer une performance pour l’exposition Muséum on off; une performance qui s’inscrirait dans le musée en tant que lieu et histoire, passée ou future.

Dans l’Antiquité, le pendule était expliqué par l’action des dieux. Mais la science l’explique comme un simple outil d’interprétation car elle en conclut que l’on ne peut pas détecter avec le pendule quelque chose qu’on ne sait pas déjà, et que les mouvements sont modifiés par l’autosuggestion. L’objet du pendule m’intéresse en tant que prolongement de soi, et détecteur d’un “tremblement inconscient”.

Ici c’est surtout le groupe, pensé comme un seul corps, qui se fait pendule dans les espaces du musée. Chaque performer va élaborer une vision d’un paysage futur grâce à un protocole de visualisation et d’auto-hypnose. Tout ceci se produit dans un contexte doublement mouvant: le performer parle depuis un plateau de bois instable, et la fréquentation du musée est mouvante.
Il joue des tremblements environnants pour raconter ce qu’il saurait déjà.

Mais un “pendulum”, c’est aussi une excroissance colorée et bénigne à la surface de la peau qu’il ne faut surtout pas arracher. Pensé comme des excroissances de l’imaginaire, Pendulum propose des visions carnées des imaginaires déjà là.

Proposition imaginée par Pauline Simon en collaboration avec l’équipe.
Performers: Bryan Campbell, Léa Lansade, Pauline Simon, Duncan Evennou.
Collaboration: Thibaut Gauthier.

http://www.contemporaryand.com/exhibition/museum-onoff-group-show/
http://sorokinaelena.blogspot.fr

Du 18 au 21 mai 2016 au centre Pompidou niveau 4, dans l’espace Muséum ON/OFF et toute la collection permanente.
MUSEUM (SCIENCE) FICTIONS
CENTRE POMPIDOU/ESPACE PROSPECTIF
Curateur: Elena Sorokina.

Horaires : De 14h à 16h30 puis de 17h30 à 19h, tous les jours
sauf le 20 de 11H à 14H puis de 15H à 17H

In March 2016, Elena Sorokina, an independent curator, proposed me to invent a performance for the exhibition Muséum on off in Centre Pompidou, a performance that would fit into the museum as a place, past or future history.

In Antiquity, the pendulum was explained by the action of the gods. But science explains it as a simple tool of interpretation because it concludes that one can not detect with the pendulum something that one does not already know, and that the movements are modified by autosuggestion. The object of the pendulum interests me as an extension of the self, and as a detector of an “unconscious tremor”. Here, it is the all group, thought the body that is turned into à pendulum and instrument of divination, of subjective landscapes of the future.
But the pendulum is also a colorful and benign excrescence on the surface of the skin, which must not be plucked out. Thought as excrescences of the imagination, Pendulum proposes ephemeral visions of a collective imagination.
Pendulum is the given name to this duration where five people perform/interact in the museum space. We use visualization protocols and transpositions. The visions named by the dancers are fleetingly transposed by the bodies, as a conversion with constraint. This pendulum group detects particular points in space, from which it generates visions and movements, dances as interpretations, as transistor.

http://www.contemporaryand.com/exhibition/museum-onoff-group-show/
http://sorokinaelena.blogspot.fr

Plateau de freeman.