Lo-fi dance (low-fidelity dance)

PREMIÈRE ÉTUDE
https://vimeo.com/204909844

  • Date 13 janvier au festival Faits d’hiver à Micadanses (extrait) 19 janvier 2018 au CDC de Grenoble, le 6 avril à la scène nationale de Chambéry, CDA d’Enghiens les bains, juin 2018

Dans ce projet, Léa Lansade se filme depuis chez elle, dans cet espace non-ciconscrit entre vie et travail. La chorégraphie est le produit sauvage et savant des mélanges culturels de danses tirées d’internet, assemblées simultanément par la danseuse et par la sérendipité de Youtube. La danse est live mais l’interprète n’est pas là physiquement, elle est présente seulement via sa webcam. Cette fenêtre aux frontières du skype et du vlog* rejoue les gestes artistiques amateurs qui s’emparent d’internet pour s’offrir une fenêtre fortuite de visibilité.

La téléprésence de l’interprète est un spectre qui prendrait corps. C’est à la fois le spectre d’une précarité qui hante le milieu du spectacle et qui relègue de plus en plus les interprètes chez eux. C’est aussi le fantôme d’un renversement culturel où les pratiques numériques —amateurs et/ou populaires — sont sous les feux de la rampe, éclipsant l’aura de la danseuse —professionnelle, savante, reléguée dans les limbes.

Loin d’opposer les deux dans une logique trop facile et trop rejouée, Lo-fi dance met en scène la distance (qu’elle soit dans l’espace, dans la communication ou dans la culture) comme un agent puissant de travestissement identitaire, géographique, comme un processus de vampirisation réciproque où chaque élément se fait contaminer par l’énergie de l’autre.

« Derrière le monde dans lequel nous vivons, loin à l’arrière-plan, se trouve un autre monde ; leur rapport réciproque ressemble à celui qui existe entre les deux scènes qu’on voit parfois au théâtre, l’une derrière l’autre. À travers un mince rideau de gaze on aperçoit comme un monde de gaze, plus léger, plus éthéré, d’une autre qualité que celle du monde réel. Beaucoup de gens qui se promènent en chaire et en os dans le monde réel ne lui appartiennent pas mais à l’autre. »

Sören Kierkegaard, journal d’un séducteur.

*vlog https://fr.wiktionary.org/wiki/vlog

Conception : Pauline Simon en collaboration avec l’ensemble de l’équipe.
Interprétation : Léa Lansade, Pauline Simon
Recherche, développement technique et plastique: Corentin le Flohic et Gaëtan Brun-Picard.
Développement scénographie, accessoires : Lucie Calise.
Assistance technique sonore : Léo David
Back office : Thibaut Gauthier.
Regard sur la dramaturgie : Duncan Evennou.
Musique: Ernest Bergez. Recherche musicale : Claudine Simon.

Accueil: Atelier de Paris-Carolyn Carlson, Laboratoires d’Aubervilliers, CND de Pantin, L’avant-Scène de Cognac, CDC de Grenoble.

Production: CDC Grenoble-le Pacifque, l’Avant-Scène (Cognac), Drac Ile de France, Dicream, CND de Pantin, Adami.